Les arts de l'imaginaire

Découvrir les courants artistiques présents au Naïa Museum

L'intuition, la sensibilité ou la spiritualité permettent aux artistes de canaliser un imaginaire commun à toute l'humanité. Une forme de conscience supérieure de l'existant. L'inconscient collectif d'une époque au delà des vérités immédiates du visible. Les artistes créent ici avec le cœur et l'âme, et de leur maîtrise technique naîtra une œuvre. Le fantastique existe alors, le temps de l'incertitude du réel.

L'art fantastique, Le réalisme Fantastique

ou réalisme magique

Le réalisme fantastique est

un mouvement de contreculture des années 1960,

relayé par la revue Planète qui se présente comme

un courant de pensée étudiant les domaines

considérés comme exclus à tort par la science

officielle : phénomènes paranormaux, alchimie,

civilisations disparues, etc.

Le réalisme fantastique emprunte largement

à d’autres mouvements artistiques qui développent

des thèmes communs comme l’inconscient ou

le surnaturel.

Il cherche à représenter l’inconscient et le conscient. Il préconise de débusquer le fantastique au cœur même du réel et postule le fait que la fiction influence souvent le réel, tout en l’informant par anticipation sur ses devenirs potentiels. Il se situe aux croisements de l’art et de la technologie, de l’alchimie et de l’anthropologie, de l’ésotérisme et de la physique quantique, de l’avéré et de l’imaginaire…

Il propose une vision du réel renouvelée et élargie par la part d’étrangeté, d’irrationalité, de bizarrerie ou de mystère que l'existence et l'esprit humain recèlent. L'idée est que l'imaginaire fait partie de la réalité et que la frontière entre les deux doit être abolie.

le fantastique puise ses racines dans la réalité qu'il transcende sur le mode métaphorique, il ne se contente pas de décrire le monde avec objectivité, il le transforme pour en révéler des aspects inattendus perçus à travers la sensibilité du peintre, atteignant la plupart du temps un aspect onirique ou visionnaire, déroutant comme le rêve ou les expériences transpersonnelles, mais porteur de signification comme eux.

 

L'art fantastique est de tous les temps. Il trouve son fondement dans l'imaginaire, une faculté inscrite dans la psyché, il existera tant que l'imaginaire existera...

L'art visionnaire

"Tous les artistes, confirmés ou autodidactes, ont créé et continuent de créer des mondes visionnaires. Il est difficile de savoir où cela commence et où cela finit. Les tendances, reconnaissables, sont toutes des composantes du fantastique, donc la frontière y est floue."

(" Walter Schurian ").

 

L'art visionnaire propose de transcender le monde physique pour en proposer une vision élargie de la conscience. En incluant des thèmes tels que le spirituel, le mystique et en expérimentant les différents états de conscience modifiée, l'artiste visionnaire transpose ses images mentales dans son œuvre, Il les obtient en stimulant les rêves éveillés. Contrairement à l'art conceptuel, ces artistes nous permettent de canaliser une imagination commune à toute l'humanité, par l'intuition et la sensibilité. Une forme de réceptivité accrue. L'inconscient collectif d'une époque au-delà des vérités immédiates du visible.

 

L'artiste crée ici avec son cœur et son âme, et de sa maîtrise technique naîtra une œuvre d'art.

 

Le fantastique existe alors, le temps de l'incertitude de la réalité.

Le cyberpunk

 

"Le courant cyberpunk vient d'un univers où le geek informatique

et le rocker se rencontrent, d'un bouillon de culture où

s'entrelacent les méandres des chaînes génétiques."

(Bruce Sterling).

 

Le cyberpunk (association des mots cybernétique et punk)

est un sous-genre de la science-fiction associé à la dystopie

(utopie qui tourne mal). Il s'agit, le plus souvent, d'un avenir

proche et d'une société technologiquement plus avancée que

la nôtre (notamment pour les technologies de l'information

et la cybernétique). Les mondes des cyberpunks sont sombres

et parfois pessimistes, ironiques et grinçants ; les personnages

sont des antihéros désillusionnés et cyniques.

C'est pourquoi ces univers sont considérés comme dystopiques.

 

Cyberpunk choisit souvent les thèmes des hackers,

de l'intelligence artificielle et des multinationales situées dans

un futur proche et sur Terre, contrairement à la science-fiction

qui explore des thèmes plus larges.

 

L'idée de la fusion de l'humain avec la machine,

donnant naissance à des êtres hybrides, faits de chair et de métal,

a été popularisée par les univers cyberpunks.

 

Dans ces "autres" mondes, l'informatique règne en maître : les robots font partie intégrante de notre vie quotidienne où les humains sont devenus des machines, des robots ou des cyborgs qui peuvent être connectés au réseau. Ces transformations, qui modifient complètement nos structures sociales, sont considérées comme une forme de libération humaine. Mais tout est loin d'être parfait ! L'homme doit s'adapter à la machine et maîtriser les nouvelles technologies pour survivre. Seuls les plus forts survivent. Tous les autres sont exclus. Ces mondes sont dominés par de grandes multinationales aux pouvoirs illimités.

 

Contrairement au mouvement Punk, les Cyberpunks veulent maîtriser ces technologies et donc leur civilisation, même si cela signifie être en marge de cette société ultra informatisée, mais devenir un anti-héros.

Le symbolisme

 

Le symbolisme est un mouvement

artistique d'origine française

de la fin du XIXe siècle.

 

L'artiste symbolique puise

son imagination dans les différents

mythes de nos civilisations

présentes ou passées, empruntés à

la spiritualité, au rêve ou

à la mélancolie.

 

Il développe un certain goût

pour l'étrange et le romantique :

c'est une recherche de qualités

immatérielles qui lui permet de

façonner une révélation totale et

immédiate du psychisme,

ainsi qu'une attirance pour le noir

et le macabre.

 

Le symbolisme navigue souvent entre une forme évoquant une réalité parallèle ou invisible, mais peut aussi inviter le spectateur au véritable décryptage du sens avec cependant une première volonté de créer une impression, une sensation.

 

Le paysage joue souvent sur deux scènes avec une vision intégrale de l'univers et une projection complète du psychisme et de la pensée. Il n'est plus présenté sous une forme descriptive et se trouve parfois à la limite de l'abstrait, qui symbolise l'harmonie du cosmos.

 

Les symbolistes croient que l'art doit présenter des vérités absolues qui ne peuvent être montrées sans le filtre de l'imaginaire. Ils utilisent la métaphore et la suggestion pour créer des images ou des objets chargés de ces significations symboliques.

 

James Ensor, Gustave Climt, Gustave Moreau, Gustav-Adolf Mossa, etc.

La science fiction

 

La science-fiction est un genre narratif et visuel

(romans - bandes dessinées - illustration - cinéma -

jeux - etc.)

 

Ce courant raconte des histoires basées sur

la projection d'"un futur plus ou moins lointain,

mais impossible dans l'état actuel de nos

connaissances.

 

La science-fiction peut explorer plusieurs thèmes

tels que : Le voyage dans le temps, dans l'espace,

sur d'autres planètes ou dans d'autres mondes

(habités ou non), mais aussi confronter l'homme

à sa création. L'autre ou l'ailleurs encore inconnu.

 

Il peut être utilisé de manière proactive pour explorer

les différentes possibilités de notre avenir.

Elle nous permet d'imaginer les conséquences de

nos évolutions techniques, scientifiques ou sociétales.

 

Le SF permet une exploration sans prévention,

il évolue en permanence et s'inspire souvent des

mythes des cultures précédentes. Il nourrit son

imagination d'images et d'idées issues d'événements

scientifiques, politiques ou philosophiques d'actualité.

 

La science-fiction est un imaginaire rationnel et

repose sur l'hypothèse que l'univers peut un jour

être expliqué scientifiquement. Ici donc pas de

surnaturel, de magie, de paranormal, seule la science

peut faire évoluer notre monde et une fois tout expliqué scientifiquement, tout devient possible : téléportation, voyages interplanétaires, pilules nourrissantes, créatures incroyables, etc...

Ce qui ne veut pas dire non plus que tout cela semble banal mais juste, vrai et futur.

L'art Singulier

 

L'art singulier est présenté comme faisant partie d'un large mouvement post art brut, qui présente des artistes contemporains, pour la plupart autodidactes, ayant établi une distance volontaire ou non avec l'art institutionnel. Il peut avoir des noms différents : "art en marge", "art hors normes", "art brut" entre autres.

 

Ces artistes développent souvent leurs œuvres loin des influences dominantes des grandes tendances actuelles. L'art de l'outsider présente une création spontanée et instinctive aux inspirations multiples, mais on distingue trois canaux principaux : Les médiums, les psychopathologies, les marginaux.

Le pop surréalisme

 

Le Pop Surréalisme est un mouvement créatif californien clandestin qui a émergé de l'art populaire des années 1990. Il puise son côté onirique dans le mouvement surréaliste et son style graphique dans le pop art.

 

Le Lowbrow est une tendance esthétique (peinture, sculpture, numérique, etc.) qui se nourrit de la culture populaire de la bande dessinée, du graphisme ou de la publicité et donc de tous les médias artistiques non considérés comme faisant partie des arts plastiques. Cela rend le symbolisme de ce mouvement compréhensible et accessible à la plupart des gens, qui ne possèdent pas le bagage intellectuel de l'histoire de l'art ou qui ne sont pas très concernés par ces disciplines artistiques. Il les attire et les rend moins intimidés devant l'art grâce à ces icônes familières.

 

Les artistes du Pop Surréalisme viennent souvent de la génération de Disney à Crumb, et le détournement de leurs héros en exprimant le rejet de certaines valeurs de leur société, modifie l'esprit du sujet, et ainsi leur travail devient une critique caricaturale subversive et antisociale.

Suivez-nous !

  • Facebook - Naïa Museum
  • Instagram - Grey Circle
  • Flickr - Naïa Museum
  • TripAdvisor - Naïa Museum

02 97 40 12 35

naiamuseum@gmail.com

© Naïa Museum - 2018